Parisforever


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Articles du 4 Février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yepes57
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 1460
Club préféré : Paris
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Articles du 4 Février   Ven 4 Fév à 16:08

Hier. Double séance à huis clos. Le matin, travail physique et, l'après-midi, jeux avec ballons.

Aujourd'hui.
Entraînement à 10 heures à huis clos au camp des Loges.

Demain.
Entraînement à 10 heures ouvert au public.

Infirmerie.
M'Bami (péroné), Cissé (pied).

Rendez-vous.
PSG - Lens, 25 e journée de L 1, dimanche 6 février au Parc des Princes, en direct à 21 heures sur Canal +.

Les supporters
des tribunes Auteuil et Boulogne ont décidé de manifester, dimanche soir au Parc des Princes, leur mécontentement à l'encontre des dirigeants du PSG d'une manière plus sympathique. Ils agiteront contre Lens des mouchoirs blancs, comme en Espagne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yepes57
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 1460
Club préféré : Paris
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Articles du 4 Février   Ven 4 Fév à 17:04

Francis Graille vous répond (2eme partie)

Invité jeudi de « Chêne privé, Chêne public » sur Sport FM (99.9 en Ile de France), Francis Graille a répondu aux questions des internautes de Sporever et Football365. Retrouvez toutes ses réponses. Seconde partie : la grogne des supporters.


Francis Graille, ne serait-il pas possible pour la Ligue de prendre des mesures concernant uniquement les deux kops, Auteuil et Boulogne, et non pas tout le Parc des Princes ? (Pierre)
C’est ce que m’a demandé la Ligue : fermer les deux kops. Maintenant, ce n’est pas à moi de faire la police, je ne suis pas pour la guerre civile. J’ai fait appel de la décision qui nous obligeait à avoir un match à huis clos contre Istres car il y avait justement une main tendue. Et je ne voulais pas monter les uns contre les autres et donner l’impression que je montrais du doigt ceux qui allaient empêcher à une majorité de supporters du PSG de voir ce match. Car il y a des gens très biens et non fautifs dans les deux kops. Ce n’est pas à moi de vider une tribune. La Commission de Discipline nous a demandé si c’était possible. Mais jamais je ne prendrai cette mesure.

La grogne des supporters ne vient-elle pas de cette impression qu’ils ont que vous venez prendre de l’argent, mais pas aider le club ?
Je préfère être transparent et pouvoir me regarder dans la glace le matin. J’investis dans le PSG, j’espère que je serai le garant d’une certaine éthique, car je ne fais pas n’importe quoi. Je n’ai jamais fait n’importe quoi dans mes différentes sociétés et je ne vais pas commencer le faire avec le PSG. Si c’est mon honnêteté paie ? Je ne sais pas. Je suis comme cela, je ne vais pas changer.

Comment accueillez-vous les nombreuses banderoles qui réclament constamment votre démission ?
On se blinde. Quand on a des convictions, on est là pour les défendre. Ces gens ont peut-être raison de râler, mais, plutôt que de le faire par des pancartes, pourquoi ne viennent-ils pas frapper à ma porte et rentrer. C’est le problème : la non communication finit par se transformer en des manifestations de ce goût-là. Aujourd’hui, nous sommes aussi dans une société beaucoup moins permissive. Ce n’est pas moi qui aie inventé vigipirate. Désormais, on ne peut pas rentrer au Parc des Princes comme on le faisait il y a dix ans. La loi est beaucoup plus répressive. Encore une fois, la répression n’est pas mon dada.

En résumé, vous venez investir de l’argent dans un club et, à l’arrivée, vous et votre femme vous faites insulter quand vous entrez dans le stade ?
Il y a la passion. Je baigne depuis tout petit dans le football, donc j’aime ce sport. A mon âge, c’est fini, je ne serai plus footballeur professionnel. Donc, si on a envie de faire quelque chose avec le football et qu’on a en plus un sens plutôt développé dans le domaine des affaires, le football est plutôt pas mal. Cela a marché une fois à Lille, mais c’était là aussi une opportunité. Aujourd’hui, j’ai vraiment envie de m’établir à Paris.

« Je n’ai absolument rien contre les supporters »

Regrettez-vous d’être le premier président de l’histoire du PSG à vous en prendre aux supporters par le biais du contrat local de sécurité ? (Eric)
Si vous le percevez comme cela, j’aurai en effet à le regretter. Mais je rappelle que je n’ai absolument rien contre les supporters. Le contrat local de sécurité avait été initié avant mon arrivée. Cela a mis à un an et demi pour que cela aboutisse. C’est un contrat, c’est unique, c’est le premier et il doit être ensuite développé. Ce n’est pas contre mais avec les supporters qu’il faut signer ce contrat.

Ressentez-vous une certaine manipulation dans cette insistance de certaines fractions de supporters pour que vous démissionniez ?
Je vais éviter de parler de manipulation ou de choses comme cela, car, si c’était le cas, cela ne concerne qu’une minorité. La grande majorité des supporters est sincère et a envie de supporter son club. Après, il y en a quelques uns qui défendent des intérêts plus personnels. Maintenant, il faut trouver des règles. Ces règles ont peut-être été données d’une façon pas orthodoxe, sans vraiment de communication. De plus, la réputation, que nous traînons derrière nous depuis l’année dernière, n’a rien favorisé. Nous avons quand même été deux fois condamnés à des matchs à huis clos la saison dernière. Il y a eu les incidents du Mans, ceux de Strasbourg, une association qui s’est faite voler les billets qu’elle avait sur le parking de la Meinau…

Vous voulez une image du PSG et affichez le courage de « rentrer dans » les supporters ?
Oui, peut-être que cela a choqué beaucoup de bons supporters, des gens qui sont sincères… Mais, moi, je ne veux toucher que la minorité : ceux qui ne cherchent que la violence dans le stade ou à l’extérieur. Cela représente peut-être deux cent personnes, peut-être moins. Si les associations se disent responsables, alors traitons avec des gens responsables. Mais sachons d’abord quelles sont ces associations. J’espère que la main tendue que j’ai reçue va se traduire par des réunions. J’ai vu certains responsables, les avocats se voient dans les jours qui viennent… J’ai invité plusieurs fois certains autres responsables. Ils l’ont peut-être perçu maladroitement, mais je veux qu’ils sachent que c’était sincère.

A l’image des Socios du Barça, les supporters parisiens pourront-ils un jour avoir leur mot à dire dans les choix de recrutement du PSG ? (Jean-Sébastien)
D’une part, cette participation des supporters de Barcelone est une vue de l’esprit. D’autre part, c’est une culture différente et ils ne représentent pas la totalité du capital. Il y a quelques mois, nous avons fait faire par un cabinet d’avocat une étude sur la capacité en France et à Paris d’inclure des Socios, de savoir comment une partie du capital d’un club pourrait appartenir à ses supporters. Et ce n’est pas évident.

« Etre n°1 dans tous les domaines »

Comment expliquez-vous la grosse pression mise sur les supporters du PSG au Parc des Princes ? (Pascal)
La particularité de ce stade est qu’il se trouve en ville, ce qui implique une plus grande protection des biens d’autrui et de tout ce qui se trouve autour. Le fait d’être dans un endroit relativement fermé accentue cette pression. Je ne souhaite pas une présence policière et les autorités souhaitent également qu’il y ait beaucoup moins de policiers à terme. Avec 1200 fonctionnaires de police pour la venue de Marseille et 800 pour Istres, on frôle le ridicule. Ce n’est pas leur fonction et ce n’est quand même pas ce qu’on peut attendre de mieux quand on vient en famille. On est déjà presque effrayé en entrant dans le stade.

Certains supporters pensent que montrer leur carte d’identité pour aller chercher son billet tue l’esprit originel. Qu’en pensez-vous ?
Il y a deux raisons. Cette décision n’est pas tombée du ciel. Avant les événements de Strasbourg l’année dernière, les associations présentaient les cartes d’identité avec les listes et nous leur délivrions les billets. Depuis, pour protéger les gens, la Commission de Discipline a voulu que cette traçabilité aille jusqu’au bout. Ce n’est pas contre les gens. Il n’est question en aucune mesure de « fliquer » les supporters ou de remettre des listes ou dossiers à la police. Nous sommes des gens responsables, pas des officiers de police.

Avez-vous la volonté de faire du Parc des Princes un stade « à l’anglaise » ? (Khalid)
Oui, je suis pour. Nous devons faire des travaux dans le Parc. Une partie du pactole de Canal Plus nous aidera à la fois dans l’aménagement du centre d’entraînement et du Parc des Princes. J’aime les stades à l’anglaise, mais pas dans l’idée de devoir multiplier les prix par quatre pour éloigner le côté populaire du Parc. Non, le Parc restera populaire.

Qu’est-ce qui pourrait vous faire craquer ?
Non, je crois dans ce PSG, dans ses supporters et dans le fait que nous allons tous arriver à faire qu’il y ait encore une ambiance de feu, que nous soyons les numéros un. Nous avons des difficultés pour être n°1 dans l’un ou l’autre des domaines. J’espère que nous allons l’être dans tous. Je suis raisonnablement ambitieux et déterminé. Au-delà de ma famille, je suis bien entouré. J’ai encore reçu la semaine dernière le soutient du CE. Cela fait plaisir car on n’a pas l’impression de se battre pour rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yepes57
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 1460
Club préféré : Paris
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Articles du 4 Février   Ven 4 Fév à 17:06

Francis Graille vous répond

Invité jeudi à 17h00 de « Chêne privé, Chêne public » sur Sport FM (99.9 en Ile de France), Francis Graille, le président du PSG, a répondu en direct aux questions des internautes de Sporever et Football365. Retrouvez toutes ses réponses. Première partie.


Francis Graille, pensez-vous que le PSG, étant données les relations actuelles entre Vahid Halilhodzic et ses joueurs, puisse s’en sortir ? (Sébastien)
Il y a des alchimies. Un coup ça marche, un coup ça marche moins bien, mais ce n’est pas pour cela qu’il faille toujours tout remettre en cause. Au PSG, quand ça se passe mal ou que vous n’êtes pas dans les trois premiers, on cherche toujours à trouver des tas d’explications. Je viens de quitter les joueurs et l’entraîneur, qui étaient à une causerie jeudi après-midi. Il n’est pas question de message qui passe ou ne passe pas. Ils s’entendent et savent ce qu’ils veulent. C’est aujourd’hui aux joueurs de le montrer sur le terrain.

Comment expliquez-vous que les recruteurs du PSG aient abandonné leur filière brésilienne, qui donnait entière satisfaction ? (Frédéric)
Pour le moment, cette filière n’a pas été relancée, mais nous sommes toujours en contact avec Ricardo et Rai. Nous avons même essayé d’avoir en prêt pour six mois Robinho, que Vahid souhaitait vraiment. Fiorentino Perez était d’accord, mais cela n’a pas pu se faire car le président de Santos a voulu le garder pour la Copa Libertadores. Il s’est trouvé que deux ex-Yougoslaves sont venus (Ljuboja et Boskovic), mais ce n’est pas une volonté de privilégier telle ou telle filière.

Comment pouvez-vous encore soutenir Vahid Halilhodzic, dont l’échec me semble total depuis son arrivée, notamment au niveau du recrutement ? (Alexandre)
Quand on met beaucoup d’argent dans un recrutement, c’est pour faire progresser l’équipe. Quand on prend Yepes ou Rothen, je ne vois pas comment on peut penser se tromper. Ce sont deux grands joueurs. C’est difficile de rentrer dans le secret du vestiaire, mais peut-être que l’arrivée de Yepes ne s’est pas faite dans les meilleures conditions pour qu’il puisse vraiment donner le meilleur de lui-même.

« Avec Vahid, nous nous engueulons très souvent »

Pourquoi défendez-vous autant votre entraîneur, auquel vous avez même fait signer un contrat de quatre ans ? (Jérôme)
L’année dernière, Vahid a emmené à la deuxième place une équipe qui avait terminé treizième avec le meilleur joueur au Monde (Ronaldinho), et il a gagné la Coupe de France. Je ne suis pas du genre à mettre en l’air ce que j’ai admiré la veille, mais je pense que c’était l’homme de la situation lorsqu’il est arrivé il y a un an. Il l’est toujours. On me parle des indemnités de Vahid. Mais, si nous savions que nous allons dans le mur et risquons de perdre des millions d’euros, nous ne mettrions pas en balance des centaines de milliers d’euros.

Est-ce vrai que Canal Plus exercerait une pression pour que Vahid Halilhodzic s’en aille (Julien) ?
Non, pas du tout.

Avez-vous été en contact avec Paul Le Guen ? (Karim)
Non, jamais. Enfin, si. Nous nous sommes vus à Cannes, nous avons discuté cinq minutes pour le premier match de l’année. C’est une personne très sympathique, mais nous n’avons jamais parlé de quoi que ce soit.

Ne trouvez-vous pas de fortes ressemblances en tant qu’entraîneur entre Vahid Halilhodzic et Luis Fernandez, notamment au niveau du personnage enfermé dans ses idées et souvent en tribunes ? (Mickaël)
Sur le dernier point, je suis d’accord. Je n’avais pas spécialement apprécié l’attitude de Vahid vis-à-vis de l’arbitre de PSG-Lyon et je lui ai dit. Nous avons eu l’occasion d’en parler. Après, moi aussi, j’aimerais un jeu plus flamboyant avec des envolées. Vahid a ses schémas tactiques propres. De son point de vue, c’est comme cela que cela doit marcher et pas autrement. Si nous nous engueulons ? Oui, très souvent. Mais cela c’est entre nous (rires).

« Nous souhaitons une équipe au jeu plus flamboyant »

Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’électrochoc après cette série de mauvais résultats ? (Jérémy)
Ce n’est pas mon mode de fonctionnement. Je donne ma confiance à quelqu’un. Si vraiment nous nous étions retrouvés en position de relégable ou que j’avais senti que cela ne marchait pas entre l’entraîneur et les joueurs, j’aurais été obligé de me poser des questions. Cela n’a jamais été le cas cette année et les joueurs ont tous envie de réagir.

Pourquoi le Mercato a-t-il été aussi pauvre au PSG cette année ? (Frédéric)
Nous avions prévu l’arrivée d’un joueur tout de suite. C’est ce que nous avons fait avec Semak, mais cela a pris un peu de temps car nos amis russes n’étaient pas faciles à convaincre. Ensuite, il fallait des départs, mais il n’y en a pas eu de réels comme nous le souhaitions. Il n’était pas nécessaire d’avoir encore 28 ou 29 joueurs sous contrat pour disputer deux compétitions.

Quels sont vos objectifs en terme de recrutement pour la saison prochaine ? (Vincent)
Il est encore trop tôt pour en parler, mais il est évident que nous souhaitons une équipe au jeu plus flamboyant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yepes57
Modérateur
Modérateur


Nombre de messages : 1460
Club préféré : Paris
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Articles du 4 Février   Ven 4 Fév à 17:07

PSG : Décision le mois prochain pour le Camp des Loges




Le président du PSG Francis Graille, invité jeudi soir de l’émission « Chêne public, Chêne privé » sur Sport FM (99,9 en Ile de France), a annoncé que le club prendrait sa décision le mois prochain concernant le futur déménagement du centre d’entraînement parisien.


D’ici peu, le Camp des Loges n’abritera plus le centre d’entraînement du PSG. Le club parisien occupera bientôt un nouveau complexe, mais on ne sait pas encore où. Quand se fera ce déménagement est l’autre question qui préoccupe également les supporters parisiens. Depuis jeudi soir et le passage de Francis Graille dans l’émission « Chêne public, Chêne privé » sur Sport FM (99,9 en Ile de France), on sait de la bouche du président du PSG que le club prendra sa décision le mois prochain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gael
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 3075
Club préféré : Paris
Date d'inscription : 21/10/2004

MessageSujet: Re: Articles du 4 Février   Ven 4 Fév à 22:38

Semak : "Je peux aider le PSG"

Seul renfort du mercato, le Russe Serguei Semak espère aider le PSG à décrocher sa première victoire en 2005, dimanche, face à Lens. Déçu par sa première apparition, il prévient qu'il n'est pas de passage et souhaite gagner le respect même s'il vit, à 29 ans, sa première expérience à l'étranger.


"Avec le CSKA Moscou, j'ai gagné tout ce qui était possible en Russie. J'ai fait le tour. C'est pourquoi j'ai eu envie d'essayer autre chose dans un championnat européen, à un autre niveau" , explique le néo-parisien pour justifier ce départ tardif de son "pays". Né en Ukraine, du temps de l'URSS, Sergueï Semak n'a certes rejoint Moscou qu'à l'âge de 17 ans. Mais il n'en restait pas moins sur plus de dix saisons au CSKA, avec à la clé une Coupe (2002) et un championnat de Russie (2003).

"Je repars de zéro. Pour moi, c'est une page blanche" , relève le milieu russe, dont le triplé réalisé début décembre à Paris, lors d'un match décisif de C1, a grandement contribué à lui offrir cette opportunité d'expatriation. Mais ce qui fut une chance unique constitue désormais un redoutable défi: celui d'être à la hauteur d'une réputation fondée sur un coup d'éclat bien plus que sur un palmarès.

"On a très mal joué"

"Je suis décidé à montrer que je peux apporter quelque chose au PSG. J'ai envie de gagner son respect, celui des joueurs et de tout l'entourage du club", clame l'ex-joueur du CSKA, international "oublié" par Georgi Yartsev lors de l'Euro 2004 et encore absent de la dernière liste du sélectionneur russe, le 20 janvier. Même si la période délicate que traverse son nouveau club français, actuel 11e de L1, n'est pas de nature à favoriser son acclimatation, Semak ne cache ni sa détermination ni ses ambitions.

"Je ne suis pas de passage. Le PSG est un club prestigieux et il ne se trouve pas en ce moment à la place qui devrait être la sienne" , juge-t-il. Exigeant, il porte un regard très critique sur la dernière performance du club parisien, à Monaco (0-2), pour sa première apparition en Rouge et Bleu: "Je ne suis satisfait ni de ma performance ni de celle du club. On a très mal joué."

"Je ne suis pas de passage"

"Très étonné" d'avoir déjà obtenu la confiance de l'entraîneur Vahid Halilhodzic malgré une condition physique nettement perfectible - trêve hivernale russe oblige -, Semak a récupéré le maillot N.11 et le poste du controversé Fabrice Fiorèse, parti avec fracas l'été dernier. Le Russe est déjà en phase avec sa nouvelle équipe : "On a besoin d'enchaîner les matches pour retrouver le niveau. C'est valable pour moi comme pour l'équipe".

Des exigences qui l'empêchent pour le moment de goûter pleinement à sa nouvelle vie parisienne: "L'aspect sportif me prend beaucoup de temps", confie-t-il. "Mais je commence à avoir mes repères et à côtoyer les autres joueurs qui m'ont très bien accueilli". Preuve que son intégration suit son cours, le joueur russe, qui parle à peine anglais, a débuté en début de semaine des cours de français. "C'est le club qui m'a fourni un professeur", signale Semak, qui aura dès dimanche contre Lens un moyen de remercier le PSG: lui réapprendre à gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Articles du 4 Février   Aujourd'hui à 19:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Articles du 4 Février
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Février 1958 : le drame de munich
» carpe record janv/février 2010
» Cartagène les 21-22-23 Février
» Quels seront vos coins pour l'ouverture? [sujet du mois de février]
» Phoenix Pro Février 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parisforever :: Divers,Loisirs :: Corbeille-
Sauter vers: